Présentation
Partenaires
__________________________
ACA_Logo.jpg
__________________________
Alqieslogo.png
__________________________
elabwelogo.gif
__________________________
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
CPH6WF
Recopier le code :


  465650 visiteurs
  8 visiteurs en ligne

  Nombre de membres 101 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Nouvelles
Algérie- Une base de données des recherches scientifiques disponible en ligne - par djoudi le 25/12/2012 @ 17:13

 Algérie- Une base de données des recherches scientifiques disponible en ligne

La recherche scientifique et universitaire en Algérie subit un manque d’accès à l’information, malgré quelques initiatives d’instituts et d’établissements universitaires, qui archivent les travaux de leurs étudiants et doctorants au fil des ans.
Pour remédier à cet état de fait, un projet nommé Algerian Scientific Abstracts (ASA) a été initié en 1994 par le CERIST, suite à l’introduction d’internet dans le pays.

ASA est une base de données qui réunit les publications scientifiques et techniques et ce, au niveau du territoire national.

Parmi les disciplines prises en compte par l’ASA, citons les sciences exactes et techniques, les sciences sociales et humaines ainsi que les sciences naturelles.

Les travaux publiés dans des magazines ou revues scientifiques par des Algériens et ce, au niveau local, sont également répertoriés par l’établissement.

Dans le même ordre d’idées, le Système National de Documentation en Ligne (SNDL), mis en place l’an passé, permet l’accès à une large palette de thèses de recherches en cours, de mémoires et autres supports sur la toile.

La base de données ASA compte actuellement plus de 4000 ouvrages et publications.


Elsevier Announces the Winners of the Algerian Senior and Early Career Researcher Awards in Chemistry - par djoudi le 17/11/2012 @ 21:48

PR Newswire

AMSTERDAM, November 15, 2012 /PRNewswire/ --

Elsevier, a world-leading provider of scientific, technical, and medical information products and services, announces the winners of the Algerian Senior and Early Career Researcher Awards in Chemistry. The award ceremony was held on November 8 at the Sofitel in Algiers, Algeria.

The awards, sponsored by Reaxys®, are designed to highlight and reward two generations of chemists in Algeria. The criteria used to assess candidates included: recent publication history, publications in impactful journals, citations, and H-index. Award winners were selected by members of the General Directorate for Scientific Research and Technological Development from the Algerian Ministry of Higher Education & Research.

The Algerian Senior Researcher Award in Chemistry was awarded to Prof. Zahia Kabouche from the Université Mentouri Constantine. Prof. Kabouche has published extensively in the field of natural products chemistry. Her career began in 1987 at the University of Constantine. She is currently professor of Organic Chemistry and director of the Therapeutic Substances Laboratory at the Université Mentouri Constantine. Prof. Zahia was presented with a trophy and one of Elsevier's major reference-works.

The Algerian Early Career Researcher Award was awarded to Mr. Dr. Khaldoun Bachari from the Centre de Recherche Scientifique et Technique en Analyses Physico-chimiques CRAPC. Dr. Bachari's research is in the field of mesoporous materials. His career began in 2000 at the Université of Sciences and Technology Houari Boumediene (USTHB). He is currently a research director and the President of the scientific board of the Centre de Recherche Scientifique et Technique en Analyses Physico-chimiques CRAPC. In recognition of his award, Dr. Khaldoun Bachari will be provided with funding to enable his attendance at a leading European chemistry conference in 2013.

"In science it is a sacred duty for us to discover the truth and it is a researcher's duty to protect science," said Professor Hafid Aourag, Director General of Scientific Research of the Ministry of Higher Education, Algeria in his congratulatory speech at the award ceremony. "I am very pleased we are meeting tonight to honour two of our nation's most distinguished researchers."

"For Reaxys, our goal is to enable researchers to do what they do best: make new discoveries", said Dr. David Evans, Scientific Affairs Director, Reed Elsevier Properties SA. "To help them do this, we strive to deliver the right information to them at the right time in the right context. Initiatives like these awards help motivate the scientific community to drive new discovery and ultimately bring exciting results and innovations."

About the Algerian Ministry of Higher Education & Research
The Ministry of Higher Education and Scientific Research is the department responsible for the development and the progress of the academic sector and scientific research in Algeria. To achieve these objectives, the ministry has created two institutions: The Research Centre on Scientific and Technical Information (CERIST) was founded in 1985 with the primary objective to implement programs of scientific research and technological development in the field of information science and technology. The General Directorate for Scientific Research and Technological Development (DG-RSDT) came into being in September 2009, and was set up by law # 08-05 of February 23, 2008, which defines the five-year scientific national research plan (2008-2012), expected to move the Algerian research system to excellency for a sustainable development. By this law, the DG-RSDT is the principal enabler of national scientific research and development.

About Reaxys
Reaxys® is a workflow solution for research chemists. Offering a wealth of experimentally validated information, Reaxys® combines reaction and substance data in organic, organometallic, inorganic and physical chemistry with synthesis planning. Researchers can get the information they need in a single overview, from source publications carefully selected for their importance and relevance to research chemists. Elsevier continues to engage with the chemistry community to ensure that Reaxys® continues to reflect how chemists think and work. https://www.reaxys.com/info/

Reaxys® and the Reaxys® trademark are owned and protected by Reed Elsevier Properties SA. All rights reserved

About Elsevier
Elsevier is a world-leading provider of scientific, technical and medical information products and services. The company works in partnership with the global science and health communities to publish more than 2,000 journals, including The Lancet and Cell, and close to 20,000 book titles, including major reference works from Mosby and Saunders. Elsevier's online solutions include ScienceDirect, Scopus, Reaxys, ClinicalKey and Mosby's Nursing Suite, which enhance the productivity of science and health professionals, and the SciVal suite and MEDai's Pinpoint Review, which help research and health care institutions deliver better outcomes more cost-effectively.

A global business headquartered in Amsterdam, Elsevier employs 7,000 people worldwide. The company is part of Reed Elsevier Group PLC, a world-leading publisher and information provider, which is jointly owned by Reed Elsevier PLC and Reed Elsevier NV. The ticker symbols are REN (Euronext Amsterdam), REL (London Stock Exchange), RUK and ENL (New York Stock Exchange).

Media contact
Harald Boersma
Senior Manager Corporate Relations Elsevier
+31-20-485-27-36
h.boersma@elsevier.com

 


Dernier Appel à la mise en ligne des projets PNR - par djoudi le 30/10/2012 @ 15:12

Dernier Appel à la mise en ligne
des projets PNR et des rapports d'étape sur la plateforme "pnr.nasr.dz"

Date limite 15 novembre 2012


 

 

Il nous a été signalé d’importants retards dans le versement de la première tranche (25%) des rétributions des enseignants-chercheurs impliqués dans les PNR, ainsi que des difficultés rencontrées par des chefs de projets dans l’utilisation de leurs budgets de fonctionnement. Le Directeur Général a donné instruction afin que ces dysfonctionnements soient inventoriés et discutés avec les principaux responsables des établissements de domiciliation des projets. Il nous est très difficile de changer les domiciliations des projets d’un établissement à un autre, mais peut être qu’il y a lieu d’envisager une gestion centralisée au niveau du Vice-Rectorat de la Recherche, pour les projets en souffrance, où des conflits d’intérêts persévèrent.

Par ailleurs, Il est impératif que l’ensemble des porteurs de projets, ainsi que les chercheurs impliqués dans les PNR intègrent les données de leur projet sur la plateforme CERIST (pnr.nasr.dz). Seuls les projets mis en ligne sur la plateforme seront éligibles au financement de la deuxième année (rétribution et fonctionnement). Les chefs de projets PNR sont invités à compléter la saisie des données sur la plateforme, avant le 15 novembre 2012, délais de rigueur.

Les experts des projets PNR devront valider entre le 15 et le 20 novembre 2012 leur rapport d’étape sur la base des données intégrées dans la plateforme. Les projets non saisis ne seront pas reconduits de fait.

Mise en ligne le 24 Octobre 2012
Pr M. Sellami, DPREP

 


la diaspora algérienne dans l’attente de signaux forts du gouvernement - par djoudi le 15/10/2012 @ 09:14

 

Le colloque sur la contribution de la diaspora algérienne à l’investissement en Algérie organisé, par les associations REAGE et AIDA le 11 octobre 2012 à Paris, a attiré selon les estimations d’un des organisateurs environ 250 personnes en provenance de France et d’Angleterre.

De notre

envoyé à Paris

Ils étaient pour la plupart en quête d’informations susceptibles de les conforter sur la volonté du gouvernement algérien de solliciter sincèrement leur contribution en leur facilitant notamment le travail d’approche. Ils ne trouveront malheureusement rien de nouveau dans les informations qu’ils ont pu glaner au niveau des institutions publiques et associations algériennes présentes à ce forum. Rien également au niveau des exposés qui se sont contentés de dresser un état des lieux déjà connu au moment où les élites expatriées présentes attendaient surtout de saisir, à travers le discours de notre ambassadeur en France, des signaux forts du gouvernement algérien.

Des signaux forts, il n’y en aura point et notre diaspora qui a déjà fort à faire dans le pays d’accueil continuera légitimement à attendre que quelque chose de nouveau, mais surtout de positif se passe en Algérie pour éventuellement prendre une décision en matière d’investissement. Evoquée périodiquement à coups de slogans plutôt que d’objectifs concrets et de moyens pour y parvenir, la question de la contribution de notre diaspora n’a de ce fait pas connu d’avancée notable. La question revient en effet de façon récurrente depuis la fin des années 1970, période à laquelle les autorités du pays avaient nourri l’espoir de la faire participer au développement du pays en offrant notamment aux élites les mieux formées des carrières dans nos universités et centres de recherche.

En faisant valoir des considérations d’ordre patriotique et sentimental plutôt que des garanties d’utilisations rationnelles bénéfiques, aussi bien pour le pays que pour les concernés, les appels des autorités politiques algériennes se sont constamment avérés  infructueux. Peu d’élites expatriées ont en effet tenté l’aventure de s’installer dans leur pays d’origine et pour ceux qui ont pris le risque de le faire, la déception suivie d’un retour à la case départ a souvent couronné l’initiative. Il faut dire qu’il a toujours existé dans notre pays un net décalage entre le discours politique favorable à un  recours intensif à notre diaspora et la réalité du terrain faite, comme on le sait, de réticences au recours aux élites expatriées que d’aucuns, parmi les responsables en poste, considèrent comme des concurrents potentiels.

La machine bureaucratique est alors actionnée pour les dissuader de se mettre au service de leur pays. Mais, pire encore, les machinations destinées à dissuader ces élites à revenir dans leur pays affecteront également les diplômés locaux qui sortent des universités algériennes et qu’on encouragera par toutes sortes de moyens pernicieux à quitter l’Algérie pour se mettre au service de pays étrangers. C’est ainsi qu’en moins de trente années, la diaspora algérienne à l’étranger aurait atteint le chiffre astronomique de 300 000 personnes, selon les estimations du REAGE.

Que de promesses non tenues !

Les données économiques et sociales plaidant aujourd’hui pour un appel à ces élites qui disposent, il est vrai, d’un très fort potentiel de contribution à l’effort de développement, il est dans la logique des choses de solliciter leurs apports et contributions multiformes, notamment en matière d’investissement et de création d’entreprises. Mais l’efficacité de la communication en direction de ces élites requiert que l’on change de méthode et qu’on abandonne l’approche sentimentale qui a montré son inefficacité, au profit d’une méthode plus pragmatique consistant à considérer les élites expatriées non pas comme des personnes tenues de remplir un devoir patriotique, mais comme des acteurs économiques autorisés à bénéficier des retombées positives de leurs actions. Il faut dire que ces dernières offrent la particularité d’être bien intégrées dans leur pays d’accueil, où elles ont, selon le cas, créé des entreprises, lancé des affaires qui marchent ou recrutées à de bons postes d’enseignants et chercheurs dans les universités et centres de recherche.

Elles n’envisagent une relation avec leur pays d’origine que dans la mesure où elles ont quelque chose à y gagner et qu’elles y partent avec un maximum de chances de réussite. On ne peut évidemment que comprendre ce souci de garantie quand on connaît l’instabilité juridique et le manque de visibilité économique qui prévalent dans notre pays, au point d’avoir valu de sérieux déboires aux élites expatriées qui s’y sont aventurées imprudemment sans prendre le soin de mesurer les risques financiers et managériaux qui les attendaient. Ce souci est d’autant plus compréhensible que les possibilités d’emploi et d’investissement sont énormes à travers le monde, où de nombreux pays sont en concurrence pour les attirer en rivalisant sur les avantages incitatifs.

L’Algérie ne semble malheureusement pas s’inscrire dans cette logique et en dépit des discours d’intention, force est de constater que rien de sérieux n’est malheureusement fait pour rendre le pays attractif aux investisseurs, en général, et à notre diaspora en particulier, qui pourrait, à l’évidence, jouer un rôle considérable en matière de promotion de l’investissement, de création d’entreprises, d’accompagnement des exportations hors hydrocarbures et de recherche-développement. Les appréciations malheureusement négatives des institutions internationales (Banque mondiale, FMI, etc.) que ces élites ne manquent pas de lire ne sont à l’évidence pas faites pour les inciter à engager de sitôt une aventure économique en Algérie. N’étant pas dans le besoin, il est bien évident que nos élites expatriées n’agiront en faveur du développement de leur pays que lorsque les gouvernants algériens auront enfin consenti à opérer les changements structurels souhaités. Ce que ces derniers ne sont, sommes nous forcés de constater, pas du tout pressés de faire.
 

 

Nordine Grim, El watan
 

Conférence ICACIS 2012 à Batna - par djoudi le 14/10/2012 @ 15:12
Le Laboratoire LaSTIC &
Le Département d'Informatique de l'Université de Batna

En partenariat avec le Réseau FORMATIC

Organisent à Batna (Algérie)

ICACIS2012

International Conference on Advanced
Communication and Information Systems


du 12 au 13 Décembre 2012
ICACIS 2012

CARI'2012 à Alger - par djoudi le 14/10/2012 @ 14:28

Des chercheurs de plusieurs pays africains sont présents à la 11e édition du colloque sur la recherche en informatique et en mathématiques.

Les chercheurs en informatique «sont les plus prolifiques» en Algérie avec trois publications par an. C’est Abdelhafid Aourag, directeur général de la recherche scientifique et du développement technologique (DGRSDT) au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, qui l’a confirmé, hier, lors du colloque africain sur la recherche en informatique et en mathématiques appliquées qui tient sa 11e édition à Alger.

M. Aourag a souligné à cette occasion que l’Etat algérien «a investi dans 19 universités pour créer des centres de calcul intensif dans le but de développer des supercalculatrices». Ce qui permettra, d’après ses dires, de figurer dans le top 100 de l’informatique.
L’un des grand défis à relever dans le domaine de la recherche scientifique est d’«établir la présence et la place de l’Algérie dans le domaine du calcul intensif», a estimé M. Aourag, rappelant que notre pays était, dans les années 1980, «parmi les leaders» en la matière. Et d’ajouter : «Des moyens sont mobilisés dans le but de relever les défis en matière de soutien et de consolidation du développement des TIC par la concrétisation des projets lancés et en cours, notamment dans le domaine spatial et en calcul de haute performance.» L’informatique est «un domaine d’excellence» pour la recherche. Elle constitue par conséquent une priorité pour l’Etat algérien, a indiqué M. Aourag à l’ouverture de ce colloque.

Il a souligné, en outre, la nécessité de créer une «synergie» entre les pays africains en matière de TIC, affirmant que l’Algérie «peut être la locomotive de ce développement» à condition que les Africains manifestent leur volonté de coopérer. Un programme «riche et diversifié» est au menu de ce colloque de quatre jours, au quel participent des chercheurs de plusieurs pays africains spécialisés notamment dans la bio-informatique, le calcul scientifique, les méthodes numériques et les systèmes d’information décisionnels.
Il convient de préciser que le programme comporte 62 communications scientifiques sélectionnées parmi 166 articles soumis et des conférences animées par des spécialistes de renommée internationale.

 


Microsoft intègre tamazight dans le Windows 8 - par djoudi le 14/10/2012 @ 14:26

La société Microsoft a décidé d’intégrer la langue amazighe dans son logiciel Windows 8. L'alphabet choisi est le tifinagh.


Curieusement, un milliardaire saoudien, Walid Ibn Talal, s'est opposé farouchement à ce projet. En quoi l'introduction de tifinagh dans le monde des TIC et de la communication moderne pose-t-il problème à cet étranger à la langue et culture berbères ?


La cérémonie de lancement de cette innovation a, malgré tout, eu lieu, hier, à 10h, à Rabat. Le Maroc étant le premier pays maghrébin où tamazight est langue officielle.
 


Convention de partenariat entre l’université de Constantine et Algérie Télécom - par djoudi le 14/10/2012 @ 14:24

Une convention cadre de partenariat dans les domaines de la recherche, de la formation, du perfectionnement et des études entre l’université Mentouri de Constantine et Algérie Télécom a été signée mardi au cours d’une cérémonie organisée en présence du recteur, Abdelhamid Djekoun, et le président-directeur général d’Algérie Télécom, Azouaou Mehmel.

Cet accord prévoit d’assurer un encadrement et une formation pour les ressources humaines en adéquation avec l’évolution des technologies de l’information et de la communication, et l’instauration d’un dialogue en profondeur sur le long terme dans un esprit d’ouverture et de réciprocité.

Cette convention prévoit une formation professionnalisée des étudiants à la faveur des stages, d’encadrements et de définition des projets, le développement, en collaboration, des travaux de recherche en tenant compte des préoccupations de l’entreprise dans le domaine des TIC, la participation à l’élaboration de programmes de formation des systèmes de communication et l’organisation de rencontres scientifiques.

En outre, d’anciens équipements en cours de remplacement par Algérie Télécom seront cédés à l’université pour constituer un support pédagogique à même d’apporter un "plus" à la qualité de la formation dispensée dans le domaine des TIC.

Le recteur de l’université a fait part, au cours de cette cérémonie, de la détermination de l’université Mentouri de "s’ouvrir davantage sur son environnement et d’améliorer la qualité de la formation dispensée tout en enrichissant en permanence ses programmes".

Pour sa part, le P-DG d’Algérie Télécom a précisé à l’APS que son entreprise "aspire à se rapprocher du monde universitaire" car, a-t-il considéré, "nous avons constaté qu’il existe à l’entreprise un problème de formation qui doit être impérativement réglé étant donné qu’il y a un écart entre les programmes dispensés à l’université et les besoins réels de l’entreprise".

C’est pourquoi, a-t-il ajouté, "nous avons décidé d’intervenir en amont en concluant cet accord de manière à gagner du temps et permettre aux étudiants et aux enseignants d’être à jour par rapport aux technologies nouvelles".

De la sorte, a encore soutenu Azouaou Mehmel, "nous disposerons d’une ressource immédiatement opérationnelle sur le terrain, de même que nos cadres ne seront pas déconnectés de la réalité du monde de la recherche et de l’université".

Le P-DG d’Algérie Télécom a également affirmé que l’expérience sera généralisée à d’autres universités du pays, dans tous les domaines d’activité.

Rappelant que des conventions de partenariat ont déjà été établies avec les universités de Bab Ezzouar et de Mostaganem, le même responsable a précisé qu’Algérie Télécom, en tant qu’opérateur de réseaux ayant des objectifs de performance, a besoin de ressources humaines spécialisées pour espérer s’ouvrir à l’avenir aux marchés à l’étranger".

De son côté, un des initiateurs de l’accord, le Pr. Zoheir Hamoudi, du laboratoire SISCOM (Signaux et systèmes de communication) relevant du département d’électronique de l’université de Constantine, a estimé que l’idée est venue d’un constat.

"Ayant constaté un manque au niveau de ses équipements, le laboratoire a sollicité l’entreprise Algérie Télécom qui procédait au renouvellement de son parc afin qu’elle nous cède l’ancien matériel pour qu’il serve à la formation des étudiants".

Pour sa part, le Pr. Tarek Chellali, du même laboratoire, a indiqué à ce propos que c’est sur la base d’un accord win-win (gagnant-gagnant) que le laboratoire a argumenté pour "vendre cette idée".

APS


 


L’échec du FAUDTIC ou l’illustration du retard pris dans le programme e-Algérie - par djoudi le 14/10/2012 @ 14:17

L’objectif de l’appropriation des Technologies de l’information et de la communication (TIC) et du développement d’une économie numérique, par la création des conditions adéquates permettant le développement intensif de l’industrie des TIC, assigné dans le programme e-Algérie, n’a pas été atteint, près de 4 années après son élaboration. L’échec du FAUDTIC reflète de la production marginale du contenu numérique en Algérie.

  

 

L’Algérie occupe toujours le peloton de derrière en matière de l’apport des TIC dans l’économie d’un pays. Elle est classée, selon le rapport mondial sur les technologies de l’information et de la communication, « The global information technology report 2012 », du Forum économique mondial, à la 118ème place sur 142 pays. Selon ce même rapport, l’Algérie « est à la traîne et ne bénéficie pas des impacts de transformation des TIC, en particulier dans son économie». « Le faible niveau de développement des infrastructures TIC, conjugué à l’insuffisance des compétences disponibles, traduit la faiblesse du taux d’absorption des technologies notamment par les entreprises et les particuliers». Le rapport explique ce mauvais classement par un climat des affaires « très défavorable, agissant comme un frein à l’innovation et limite la capacité des efforts, déjà rares, visant à accélérer l’impact de l’innovation sur le plan économique ». Le volume des investissements dans le secteur des technologies de l’information et de la communication ne compte que 4% du PIB, reconnait le ministre de la Poste et des TIC, Moussa Benhamadi. Le rapport conclut à un manque de volonté politique, en dépit de la disponibilité des ressources. Ainsi, la production du contenu numérique reste marginale, malgré les différentes mesures d’incitation fiscale pour la généralisation de l’utilisation des TIC et le développement de contenus numériques. Les pouvoirs publics ont mis en place différents mécanismes pour encourager la production nationale de contenus numérique. Le Fonds d'Appropriation des Usages et du Développement des Technologies de l'Information et de la Communication (FAUDTIC) est l’un des mécanismes de financement phare du programme e-Algérie, notamment dans son volet relatif au contenu. Il est aussi, en revanche, l’illustration de l’échec des initiatives voulant promouvoir une industrie nationale du contenu.

 

Diffuser à large échelle l'information sur le FAUDTIC

 

Cette initiative n’a pas atteint les objectifs escomptés. Ces initiateurs ont péché par le manque de travail de marketing qui devait se faire pour vulgariser les objectifs de la création de ce Fonds. « Le FAUDTIC a été proposé dans le cadre du programme e-Algérie, dans le but d’aider au développement et à l’utilisation des TIC, comme cela se fait à travers le monde. Malheureusement, en Algérie le Fonds a été créé, sans que certaines procédures ne soient suffisamment réfléchies », estime l’expert et consultant en TIC, Younès Grar. Selon lui, des textes juridiques permettant sa mise en en œuvre immédiate n’ont pas été promulgués d’où le retard pris pour qu’il soit opérationnel. « Il y a eu un certain déphasage, ce qui n’a pas permis l’exploitation du fonds convenablement », regrette-t-il. Le FAUDTIC a été mise en place par la loi n°08-21 du 30 décembre 2008. Ce fonds de 7 milliards de DA compte sur les subventions de l'Etat, le reversement par l'Autorité de régulation des postes et télécommunications (ARPT) de la contribution à la recherche, à la formation et à la normalisation en matière de télécommunications et autres financements, dons et legs ainsi que les dépenses liées à toutes les actions en liaison avec le programme stratégique e-Algérie. Le fonds a financé des projets limités. Par manque de diffusion de l’information, ils ne sont pas nombreux à avoir profité de ce fonds. Disposant d’un site internet, le fonds suscite accroche très peu. Un appel à manifestation d’intérêt en faveur des porteurs de projet dans le domaine des TIC a été lancé par le ministère de la Poste et des TIC le 20 novembre 2011 pour bénéficier des prestations du Fonds. Aucun résultat. « Les gens ne font pas forcément confiance à ce genre d’initiatives, redoutant un énième fait d’annonce. Il faut qu’il y ait un travail de vulgarisation à travers les journées portes ouvertes, des conférences et des séminaires. Il faut également présenter les expériences réussies », recommande notre interlocuteur.


300.000 cadres dirigeants et chefs d’entreprises algériens établis à l’étranger (AIDA) - par djoudi le 14/10/2012 @ 14:15

Quelque 300.000 cadres dirigeants et chefs d’entreprises algériens sont établis à l’étranger, a estimé mercredi à Alger M. Abdelouaheb Rahim, président de l’Association internationale de la diaspora algérienne (AIDA).

La majorité de ces cadres dirigeants et chefs d’entreprises (environ 80%) vivent actuellement en France, a précisé M. Rahim lors d’une conférence de presse annonçant la tenue le 11 octobre prochain à Paris d’un colloque sur le thème "Algérie : potentiel croissance et opportunités d’investissement".

Concernant la règle 51/49 % appliquée aux investissements étrangers en Algérie, il a indiqué que c’est une règle qui existe dans plusieurs pays du monde et "n’a jamais constitué un frein pour l’investissement, notamment pour les PME et PMI".

S’agissant du colloque à Paris, il a expliqué que cette rencontre, organisée à l’occasion du 50ème anniversaire de l’indépendance, en partenariat avec le réseau des Algériens diplômés des grandes écoles et universités françaises (REAGE), s’adresse en particulier aux investisseurs, cadres et entrepreneurs algériens établis à l’étranger.

La rencontre intéresse aussi tous les investisseurs internationaux désireux de s’informer sur l’Algérie et les opportunités offertes par l’évolution de son économie, a-t-il expliqué.

Elle a comme objectifs de présenter la nouvelle dynamique économique (hors hydrocarbures) de l’Algérie et de faire découvrir les opportunités d’affaires offertes par le développement des filières et écosystèmes en émergence dans certains secteurs porteurs tels que l’agroalimentaire, les services, la distribution et les TIC.

AIDA, dont le siège est à Genève et qui a été lancée en mai dernier à Londres, se présente comme une association à but non lucratif sans appartenance politique qui a pour objectif de regrouper toute la diaspora algérienne de par le monde afin de promouvoir, de faciliter son intégration et la faire contribuer au développement et à l’émergence de l’économie algérienne.

APS


Elearning in Algeria

Cliquez ici pTélécharger le chapitre de livre

Facebook FormaTIC
Formatic
Groupe FormaTIC
Pays des visiteurs
Visites

 465650 visiteurs

 8 visiteurs en ligne

Vous êtes ici :   Accueil » Nouvelles
 
 
Texte à méditer :  L’homme le plus intelligent que je connaisse est le tailleur, chaque fois que je vais le voir il prend mes mesures.