Présentation
Partenaires
__________________________
ACA_Logo.jpg
__________________________
Alqieslogo.png
__________________________
elabwelogo.gif
__________________________
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
eyMa
Recopier le code :


  454884 visiteurs
  3 visiteurs en ligne

  Nombre de membres 101 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Nouvelles
Un jeune chercheur algérien invente les tests à domicile pour diagnostiquer des maladies - par djoudi le 31/03/2013 @ 22:42

A 33 ans, Abdenour Abbas, originaire de Makouda dans la wilaya de Tizi-Ouzou, vient de révolutionner la recherche mondiale. En effet, ce jeune chercheur algérien de l'université de Washington à Saint Louis aux Etats-Unis d'Amérique, a inventé des biocapteurs ultrasensibles à base d’anticorps artificiels pour le diagnostic médical.

 

Le chercheur algérien a créé une nouvelle technologie qui permet aux patients de faire des tests à domicile pour diagnostiquer des maladies comme la grippe, le cancer, le sida en utilisant de la sueur, de l’urine ou du sang, rapporte à ce sujet la publication scientifique américaine Technology review. Selon cette source, grâce à cette invention, "les malades n’auront plus besoin de se déplacer dans des cabinets médicaux et les hôpitaux pour diagnostiquer ce genre de maladies", explique sur son site internet cette prestigieuse publication scientifique. Le travail remarquable accompli par ce jeune chercheur algérien établi aux Etats-Unis lui a permis d'être classé dans le top 10 des chercheurs les plus innovants et âgés de moins de 35 ans !

 

Abdenour Abbas figure ainsi "dans le Top 10 des lauréats de la première édition française du concours conduit par la Technology review, pour l’Institut américain de technologie de Massachusetts (MIT)", explique à ce sujet le quotidien électronique Tout sur l'Algérie (TSA) qui ne manque de précise que "ce concours, dont les résultats ont été publiés le 21 mars dernier, permet de distinguer chaque année de jeunes talents de moins de 35 ans, dans les nouvelles technologies. Il est à l’origine de la célébrité de plusieurs génies comme : Mark Zuckerberg, fondateur de Facebook, Serguei Brin, co‑fondateur de Google, Max Levchin, co‑fondateur de Paypal, Linus Torvalds, développeur de Linux, Jack Dorsey, co‑fondateur de Twitter".

 

"Dans 10 ans, on aura moins besoin de médecins pour le diagnostic, mais on aura toujours besoin de leur suivi quand c’est nécessaire. Ces tests vont également permettre aux individus de connaître les risques qu’ils ont pour certaines maladies afin de se pendre en charge avant même que la maladie ne se déclenche", a confié à ce sujet ce jeune chercheur qui ne cache pas sa fierté d'avoir été sélectionné parmi les meilleurs chercheurs dans le domaine des nouvelles technologies. Diplômé de l'université de Tizi-Ouzou en 2003, Abdenour a été contraint de quitter l'Algérie à cause des horizons bouchés auxquels il était confronté . Pis encore, ce génie n'a jamais été considéré dans son propre pays et évoluait dans des conditions plus que défavorables. Au lieu de développer son ingéniosité et de faire de la recherche, en Algérie, ce jeune talent passait de longues heures dans de très longues files d’attente "au restaurant universitaire de Hasnaoua à Tizi Ouzou, avec une cuillère dans la poche, il y a à peine 10 ans". "J’ai un frère qui me dit que c’est toujours le cas aujourd’hui", a-t-il déploré dans son témoignage recueilli par TSA. Un témoignage au cours duquel il n'a pas hésité à faire savoir qu'il "n’y a pas plus triste qu’un talent gâché". Mais cette vérité amère, nos dirigeants n'arrivent toujours pas à la comprendre ou la saisir...

 

La Rédaction de NessNews

 


Le meilleur lycée de France est un lycée privé… Musulman - par djoudi le 31/03/2013 @ 22:40
Averroès, un lycée privé musulman situé à Lille, au nord de l’Hexagone, vient d’être classé meilleur lycée en France. Ce lycée caracole, effectivement,  en tête du classement établi par le quotidien « Le Parisien » qui a repris, mercredi, les informations du Ministère de l’Education Nationale en France « afin d’établir comme chaque année le classement des meilleurs lycées de France », a-t-on expliqué jeudi.
 
Ainsi, le lycée Averroès de Lille est arrivé premier au classement régional et on le retrouve aussi dans le trio de tête au niveau national selon les critères arrêtés par  le ministère français de l’éducation. Ce lycée musulman devance, dés lors, de prestigieux lycées comme Henri IV, ou encore le célèbre Louis Le Grand.   »Cette reconnaissance de notre établissement, par ce classement, consacre l’engagement d’une équipe pédagogique, éducative et administrative, le travail de nos élèves comme le soutien des familles autour de l’association Averroès porteuse de notre projet propre », s’est réjoui dans ce sens, le président du Lycée Averroès, Ali Lasfar.   »Cette reconnaissance nous impose aussi pour l’avenir modestie et persévérance, qu’ont toujours eu les fondateurs du lycée. Nous remercions tous ceux qui ont cru en cette aventure et qui l’ont toujours soutenue », a-t-il ajouté dans un communiqué rendu public mercredi.
 
Il est à souligner, en outre, que pour réaliser ce classement, « Le Parisien » s’est basé sur 4 critères qui sont le « taux de succès général du lycée, taux d’accès de la seconde au bac (probabilité qu’un élève de seconde obtienne son baccalauréat dans le même lycée), valeur ajoutée sur le taux de succès du lycée par sa différence du taux de succès par rapport au taux attendu calculé par le ministère, et valeur ajoutée du lycée sur son taux d’accès de la seconde au Bac « , a-t-on expliqué. D’autres quotidiens français, à l’image du Figaro, ont réalisé aussi leur propre classement où ils ont sélectionné d’autres critères tels que la capacité à faire progresser les élèves en prenant en compte la différence entre le taux de réussite obtenu par le lycée en 2012 et celui que l’on pouvait attendre. Mais même dans ces classements, le lycée musulman de Lille arrive parmi les premiers sur l’ensemble du territoire français. Signalons enfin que le lycée Averroès affiche  le meilleur taux de réussite au baccalauréat français, à savoir un taux de  100% de réussite !

Institut National de Formation Supérieure Paramédicale - par Hussein le 05/02/2013 @ 16:51
Institut National de Formation Supérieure Paramédicale d'Alger Rue Boudjemaa Moghni 16008 Hussein Dey Alger, Algérie. L’Institut National de Formation Supérieure Paramédicale d’ALGER (INFSPM d’ALGER) est un établissement public à caractère administratif, placé sous la tutelle du Ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme Hospitalière, doté de la personnalité morale et de l’autonomie financière. L’INFSPM d’ALGER est situé à Hussein dey à une dizaine de kilomètres à l’est d’ALGER, il occupe un terrain de 4.5 hectares. Il est dirigé par un Directeur assisté de : Un conseil d’administration. Un Directeur chargé de la formation continue. Un Directeur chargé de la formation initiale. Un Econome. Un responsable du personnel. Un conseil pédagogique. Objectifs et missions : Former des professeurs d’enseignement paramédical du 1er degré. Former des paramédicaux diplômés d’Etat. Former des aides soignants. Organiser des conférences, des séminaires et des sessions de formation continue. Capacité d’accueil : En place pédagogiques : 700 places. En places d’internat : 500 places. Les annexes rattachées à l’institut : Annexe du CHU de Bab-El-Oued. Annexe du CHU Mustapha Bacha. Annexe du CHU de Beni Messous. Locaux pédagogiques : Un bloc pédagogique daté de 1962. Un bloc pédagogique réalisé en 1976 composé de : Deux amphithéâtres. Vingt salles de cours. Une bibliothèque. Cinq laboratoires pour les travaux pratiques. Un laboratoire d’immuno-hématologie. Un laboratoire de bactériologie. Un laboratoire de préparation pharmaceutique. Un laboratoire d’assainissement. Un laboratoire d’informatique. Quatre salles pour les travaux pratiques. Une unité audiovisuelle. Un cyber santé. Une salle de conférences.

EFTG - par MohamedNassim le 30/01/2013 @ 21:33

Agir sur l’intention entrepreneuriale nécessite de développer des compétences spécifiques et des attitudes adéquates associées à « l’art » d’entreprendre.

L’accompagnement des jeunes promoteurs, développé par l’Eftg dans le cadre du projet PME Conform mis en place par la Coopération Technique Allemande GTZ, est le résultat des nouveautés mondiales dans le domaine de  la recherche en matière d’enseignement de l’entrepreneuriat.

 

Que vous soyez :

 

  • Promoteur motivé et convaincu de créer sa propre entreprise ;
  • Entrepreneurs gérant d’une PME et désireux de la développer ;
  • Entreprise, ONG ou association voulant soutenir le développement durable et assister des talents  défavorisés.

 

 

L’Eftg  met à votre disposition un pool de consultants internationaux ayant accompagné des centaines de créateurs d’entreprises à travers le monde, y compris en Algérie.

 

Nous vous invitons à découvrir une pédagogie active ayant fait ses preuves dans plus de 130 pays de par le monde.

http://www.eftg-dz.com

 

Auteur Bouhedli Mohamed Nassim


elkhedma - par MohamedNassim le 30/01/2013 @ 21:29

elkhedma.com Emploi et Formation

Auteur Bouhedli Mohamed Nassim


Répertoire des Entreprises Algériennes - par MohamedNassim le 30/01/2013 @ 21:23

A l'ère de la globalisation, parler de soi est devenu vital pour toute entreprise voulant se maintenir dans la sphère économique. Pour vous servir et répondre à cette demande sans cesse mouvante, nous avons conçu le Répertoire des  Entreprises  Algériennes,  R.E.A

www.rea-dz.com

Auteur Bouhedli Mohamed Nassim


Pigier Algerie - par NassimMohamed le 30/01/2013 @ 21:09

L’Algérie est en phase active de développement.

L’objectif de plein emploi signifie la poursuite d’une politique ininterrompue dans la création des emplois et dans la formation des travailleurs.

L’objectif de Pigier est d’apporter une réponse concrète aux problèmes que pose ce besoin de formation

www.pigier-algerie.com

Auteur Bouhedli Mohamed Nassim


CIIA 2013 de Saida dans Maghreb Emergent - par djoudi le 16/01/2013 @ 10:30

Écrit par Hafidh Abdelsalam    Mercredi, 16 Janvier 2013 03:00
http://www.maghrebemergent.info/high-tech/83-it/20046-linformatique-et-ses-applications-luniversite-de-saida-en-pole-dexcellence.html 
  


L’Informatique et ses applications : L’Université de Saida en pôle d’excellence

 

Université saida

L'ambition de jeunes chercheurs de hisser l’université de Saida au rang des grands établissements dans les TIC.

 

L’Université Dr Tahar Moulay de Saïda accueillera, en mai 2013, la 4e Conférence internationale sur l’informatique et ses applications. Si l’établissement a capitalisé de l’expérience dans le domaine, en organisant les trois précédentes éditions et en disposant d’un "potentiel de jeunes chercheurs", il reste que les produits de recherche ne sont "pratiquement jamais exploités", explique un membre du comité d’organisation.

La 4ème édition de la Conférence internationale sur l’informatique et ses applications (CIIA 2013) sera organisée les 4 et 5 mai prochain à l’université Dr Tahar Moulay de Saida avec, à l’ordre du jour, des thèmes d’actualité qui constituent les grandes tendances de la recherche dans le domaine de l’informatique.

Organisée par le département d’informatique de l’Université de Saïda, avec le soutien du Réseau de recherche en formation et TIC en Algérie, la CIIA 2013 est, désormais, une tradition qui revient tous les deux ans. L’objectif de ce rendez-vous scientifique, lancé par des chercheurs algériens avec la participation de leurs homologues étrangers, est de promouvoir la recherche en Afrique, avec la création de réseaux, de développer des projets dans le domaine informatique et de faciliter l’échange d’étudiants.

La rencontre permettra également de donner une plus grande visibilité aux chercheurs algériens, puisque les meilleurs articles sélectionnés pour cette conférence seront publiés dans des revues de renommée mondiale. Quatre thèmes ont été retenus pour cette 4e édition: "Computational Intelligence", "Security & Network Technologies", "Information Technology", "Computer Systems and Applications". Ces thèmes sont tous liés à l’actualité informatique mondiale. Il sera donc question, expliquent le comité d’organisation de la CIIA 2013, du génie logiciel, des systèmes distribués, de la conception d’infrastructures (comme le cloud computing), d'e-Learning, d’"Energy-aware software" et autres technologies qui "peuvent être développés en Algérie et en Afrique", notamment dans les domaines de "l'approvisionnement et de la distribution d'énergie".

Selon Mahieddine Djoudi, enseignant-chercheur en TIC à l'université de Poitiers et membre du comité de programme et du comité d'organisation, les sujets ont été choisis "pour permettre aux participants de mesurer leurs avancées dans la recherche informatique par rapport à ce qui se fait dans le monde". "Pour la première fois en Algérie et dans le Maghreb, les articles retenus pour cette conférence seront indexés par les meilleurs index de recherche dans le monde technologique comme Elsevier, SCOPUS, et DPLP. On permettra aussi aux meilleurs communicants de voir leurs travaux publiés dans des revues internationales de renom. Six revues internationales ont déjà donné leur accord pour publier les meilleurs articles de la conférence dans des numéros spéciaux", ajoute M. Djoudi.

Les six revues, éditées par "InderScience Publishers", sont International Journal of Computational Science and Engineering, International Journal of Data Mining, Modelling and Management, International Journal of Knowledge and Web Intelligence, International Journal of Computational Intelligence Studies, International Journal of Reasoning-based Intelligent Systems et International Journal of Web Science.

Un potentiel de jeunes chercheurs très dynamiques

Le comité de pilotage de la 4e édition du CIIA est composé de chercheurs nationaux et étrangers dont Abdelmalek Amine (Université de Saïda), Otmane Ait Mohamed (Concordia University – Canada), Ladjel Bellatreche (ISAE-ENSMA, France), Mahieddine Djoudi (Université de Poitier) et Carlos Ordonez (Houston University – USA). Si la participation est "ouverte à tout le monde", l’anglais "est la seule langue de travail" de cette rencontre scientifique consacrée aux applications de l’informatique. Sont partenaires de la CIIA 2013 les éditions Springer, l’Ecole nationale supérieure de mécanique et d’aéronautique (ENSMA – France), le Laboratoire d'informatique et d'automatique pour les systèmes (LIAS - France), le laboratoire Signal, Image, Communications (SIC – CNRS, France), Concordia University (Canada), et le Réseau national de recherche "Formation et TIC" (Algérie).

Sur le choix de l’Université de Saïda, M. Djoudi explique : « Nous sommes déjà à la 4e édition de la conférence CIIA, après celles organisées en 2006, 2009 et 2011 toujours à Saïda. Depuis le début, nous avons pris le pari d’organiser chaque deux ans une conférence internationale d’envergure au sein de cette université qui dispose d’un capital d’expérience et détient un potentiel de jeunes chercheurs très dynamiques. Un petit noyau de chercheurs confirmés qui ont une ambition de hisser l’université de Saïda au rang des grands établissements dans le domaine des technologies de l’information et de la communication », ajoute Mahieddine Djoudi.

Invité à commenter le développement de l’informatique en Algérie estime que "comparativement aux autres disciplines de recherche, l’informatique est bien positionnée dans le classement des universités algériennes". Par contre, "nous sommes encore très loin des pays développés et émergents du fait, notamment, que les produits de la recherche ne sont pratiquement jamais exploités dans l’environnement socio-économique".


CIIA 2013 de Saida dans le quotidien d'Oran - par djoudi le 16/01/2013 @ 10:07
L'informatique et ses applications : l'université de Saïda en pôle d'excellence

par Hafidh Abdelsalam
Quotidein d'Oran, le 16 01 2013
http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5178011

L'université Dr Tahar Moulay de Saïda accueillera, en mai 2013, la 4e Conférence internationale sur l'informatique et ses applications. Si l'établissement a capitalisé de l'expérience dans le domaine, en organisant les trois précédentes éditions et en disposant d'un «potentiel de jeunes chercheurs», il reste que les produits de recherche ne sont «pratiquement jamais exploités», explique un membre du comité d'organisation.

La 4ème édition de la Conférence Internationale sur l'Informatique et ses Applications (CIIA 2013) sera organisée le 4 et 5 mai prochain à l'université Dr Tahar Moulay de Saïda avec à l'ordre du jour des thèmes d'actualité qui constituent les grandes tendances de la recherche dans le domaine de l'informatique. Organisée par le Département d'Informatique de l'Université de Saida, avec le soutien du réseau de Recherche en Formation et TIC en Algérie, la CIIA 2013 est, désormais, une tradition qui revient tous les deux ans. L'objectif de ce rendez-vous scientifique, lancé par des chercheurs algériens, avec la participation de leurs homologues étrangers, est de promouvoir la recherche en Afrique, avec la création de réseaux, et de développer des projets dans le domaine informatique et faciliter l'échange d'étudiants. La rencontre permettra également de donner une plus grande visibilité aux chercheurs algériens, puisque les meilleurs articles sélectionnés pour cette conférence seront publiés dans des revues de renommées mondiales.

Quatre thèmes (http://ciia2013.lewebpro.net) ont été retenus pour cette 4e édition : «Computational Intelligence», «Security & Network Technologies», «Information Technology», «Computer Systems and Applications». Ces thèmes sont tous liés à l'actualité informatique mondiale. Il sera donc question du génie logiciel, des systèmes distribués, de la conception d'infrastructures (comme le cloud computing), de e-Learning, d'»Energy-aware software» et autres technologies qui «peuvent êtres développés en Algérie et en Afrique», notamment dans les domaines de «l'approvisionnement et la distribution d'énergie», expliquent le comité d'organisation de la CIIA 2013.

Selon Mahieddine Djoudi, enseignant-chercheur en TIC à l'université de Poitiers et membre du comité de programme et du comité d'organisation, les sujets ont été choisi «pour permettre aux participants de mesurer leurs avancées dans la recherche informatique par rapport à ce qui se fait dans le monde». «Pour la première fois en Algérie et dans le Maghreb, les articles retenus pour cette conférence seront indexés par les meilleurs index de recherche dans le monde technologique comme Elsevier, SCOPUS, et DPLP. On permettra aussi aux meilleurs communicants de voir leurs travaux publiés dans des revues internationales de renom. Six revues internationales ont déjà données leur accord pour publier les meilleurs articles de la conférence dans des numéros spéciaux», ajoute M. Djoudi. Les six revues, éditées par «InderScience Publishers», sont : «International Journal of Computational Science and Engineering», «International Journal of Data Mining, Modelling and Management», «International Journal of Knowledge and Web Intelligence», «International Journal of Computational Intelligence Studies», International Journal of Reasoning-based Intelligent Systems» et «International Journal of Web Science».

Un potentiel de jeunes chercheurs très dynamiques

Le comité de pilotage de la 4e édition du CIIA est composé de chercheurs nationaux et étrangers dont Abdelmalek Amine (Université de Saida), Otmane Ait Mohamed (Concordia University – Canada), Ladjel Bellatreche (ISAE-ENSMA, France), Mahieddine Djoudi (Université de Poitier), et Carlos Ordonez (Houston University – USA). Si la participation est «ouverte à tout le monde», l'Anglais «est la seule langue de travail» de cette rencontre scientifique consacrée aux applications de l'informatique. Sont partenaires de la CIIA 2013 les éditions «Springer», l'école nationale supérieure de mécanique et d'aéronautique (ENSMA – France), le Laboratoire d'Informatique et d'Automatique pour les Systèmes (LIAS - France), le laboratoire Signal, Image, Communications (SIC – CNRS, France), Concordia University (Canada), et le Réseau national de recherche «Formation et TIC» (Algérie).

Sur le choix de l'université de Saida, M. Djoudi explique : «Nous sommes déjà à la 4e édition de la conférence CIIA, après celles organisées en 2006, 2009 et 2011 toujours à Saida. Depuis le début, nous avons pris le pari d'organiser chaque deux ans une conférence internationale d'envergure au sein de cette université qui dispose d'un capital d'expérience et détient un potentiel de jeunes chercheurs très dynamiques. Un petit noyau de chercheurs confirmés qui ont une ambition de hisser l'université de Saïda au rang des grands établissements dans le domaine des technologies de l'information et de la communication», ajoute Mahieddine Djoudi. Invité à commenter le développement de l'informatique en Algérie estime que «comparativement aux autres disciplines de recherche, l'informatique est bien positionnée dans le classement des universités algériennes». Par contre «nous sommes encore très loin des pays développés et émergents du fait, notamment, que les produits de la recherche ne sont pratiquement jamais exploités dans l'environnement socio-économique».
 

Conférence CIIA2013 à Saida - par djoudi le 14/01/2013 @ 09:57
Le Département de Mathématiques et d'Informatique
de l'Université de Saida
 

Organise à Saida (Algérie)
 

Elearning in Algeria

Cliquez ici pTélécharger le chapitre de livre

Facebook FormaTIC
Formatic
Groupe FormaTIC
Pays des visiteurs
Visites

 454884 visiteurs

 3 visiteurs en ligne

Vous êtes ici :   Accueil » Nouvelles
 
 
Texte à méditer :  Elabweb : le portail des TIC en Algérie  Le Webmaster